10 jours en Californie – Los Angeles et Santa Barbara

Ah la Californie… Tant pour ses paysages mêlant plage et montagne que pour sa culture chill, elle en fait rêver plus d’un !

Personnellement, ça faisait déjà quelques années que cet Etat me faisait de l’oeil. Et c’est début juin 2017, en voyant une offre de billet d’avion dingue, que j’ai craqué. Avez-vous déjà entendu parler de la compagnie XL Airways ? Si ce n’est pas le cas, je vous conseille d’y prendre vos billets si vous préparez un voyage aux Etats-Unis. Quand j’ai vu des billets Paris CDG – Los Angeles pour 435 euros aller/retour, j’ai sorti ma carte bancaire sans hésiter, même si je n’avais qu’une semaine avant le décollage. Difficile de trouver un compagnon de voyage en une semaine, qu’à cela ne tienne, j’irais toute seule ! C’est donc parti pour un trip de 10 jours en solo à travers la Californie !


LOS ANGELES 

À SAVOIR

    • Los Angeles est une ville immense, il faut en moyenne une heure pour la traverser. Privilégiez la voiture si possible, le système de transports en commun n’est pas très efficace. Si vous ne pouvez pas louer une voiture, vous pouvez prendre un Uber ou un Lyft. Ce sont des services très développés dans les grandes villes américaines, et ils y sont bien moins chers qu’en France.
    • Si vous cherchez les empreintes de célébrités sur Hollywood Boulevard, il faudra vous rendre au TCL Chinese Theatre. Ne les cherchez pas sur le boulevard même, comme je l’ai fait… Vous risquez de marcher des heures sans trouver, Hollywood Blvd est une longue avenue !
    • Los Angeles est une ville très contrastée. Tandis que les quartiers ouest et nord sont très riches et révèlent tout le côté glamour que l’on connait, le Downtown est totalement à l’opposé. Particulièrement à éviter : le Skid Row, un quartier du centre. On y retrouve beaucoup de sans-abris qui se sont installés dans les rues ; un vrai squat à ciel ouvert. La population de SDF en Californie a considérablement augmenté depuis les années 80. Cela est dû à la fermeture de plusieurs hôpitaux psychiatriques par Ronald Reagan, ancien gouverneur de l’Etat. Beaucoup de soldats et de personnes souffrant de troubles mentaux se sont donc retrouvés sans traitement, sans suivi, sans endroit où aller. Quand on sait que la Californie est l’état le plus riche des US, on comprend la mentalité… On est loin du California dream.
  • Minute « info pour briller en société » : Saviez-vous que le PIB de la Californie était plus élevé que celui de la France ? Non ? Bah c’était cadeau. (Fou non ??).

Jour 1 : 

Après 11 (longues) heures de vol, j’arrive à Los Angeles vers 18h. J’avais réservé un Airbnb proche du Sunset Blvd, dans le quartier de West Hollywood. Je file directement jeter un oeil au Hollywood Blvd, incontournable certes, mais l’un des sites qui me tentait le moins. J’ai donc expédié ça en un peu plus d’une heure. Bon, c’est très, très, TRÈS touristique. Pas grand chose à voir, à part des boutiques, les fameuses étoiles, et, ce que j’ai trouvé le plus intéressant (ou plutôt le moins barbant) : le Hollywood & Highland Center, plus spécifiquement la vue qu’on en a au dernier étage sur les buildings du centre-ville. De nuit , pour une première image de la ville, c’est plutôt sympa.

Jour 2 :

Avec le décalage horaire, je me lève peu avant le soleil. Une superbe occasion pour aller observer le sunrise dans le parc le plus proche : le Runyon Canyon Park. Bon, ce que je ne savais pas, c’est que la plupart des parcs de Los Angeles sont montagneux. Et franchement, je m’en suis voulu de ne pas avoir prit un jogging et de bonnes baskets ! Quand on voit que beaucoup des habitants courent sur ces chemins en pente à 40 degrés… Mais la vue sur le Downtown embrumé en valait la peine.

En fin de matinée, je visite le dit Downtown. J’ai vu cette partie de la ville comme une coquille vide. Alors oui, il y a quelques jolies places, un marché (Grand Central Market) intéressant, et quelques quartiers tels que El Pueblo ou Arts District qui valent le détour, mais en général le centre-ville donne l’impression d’être sans vie.

IMG_8673

IMG_1675Capture d_écran 2018-07-06 à 00.41.52

Amatrice de la pop culture que je suis, je décide de tester le Grammy Museum. Honnêtement, ça ne vaut pas les 12$ que j’ai dépensé (avec réduction étudiante, en plus !). Ce que je retiens de cette visite, c’est surtout les vêtements célèbres de certains artistes, tel que la veste que Michael Jackson porte dans le clip « Thriller ». Autrement, à moins d’être fan de ce genre de cérémonies, je déconseille.

En fin d’après-midi, je prend un bus direction Beverly Hills. Là, je découvre un monde stérile en papier glacé, exactement comme on le voit dans les séries. Le contraste avec les habitants du Skid Row est tellement impressionnant que j’ai du mal à réaliser que ces gens vivent dans la même ville, et pourtant…

Jour 3 :

Encore une grande journée, ce matin c’est Griffith Park ! L’ascension n’est pas des plus douces, mais encore une fois, la vue en vaut largement la peine. L’observatoire du parc étant un lieu phare de la ville, même avant l’ouverture des portes, ça grouille de monde. Les expositions, autant que le planétarium, valent le coup d’oeil (notamment si vous êtes curieux de savoir quel serait votre poids sur Mars ou Jupiter). Comptez deux bonnes heures minimum sur place pour vous imprégner au maximum du lieu et flâner dans le parc.

L’après midi, ne pouvant plus résister à l’appel du Pacifique, je prends un Uber direction Santa Monica. Alors oui, c’est HYPER touristique, si vous voulez éviter la foule, il faudra vous lever tôt. Mais quelle atmosphère, ça sent la Californie à pleines narines ici ! Un mini parc d’attractions au bord de l’océan, rien de plus californien à mes yeux. C’est un super spot pour le coucher du soleil ! Mais en plus du pier, il y a la ville, et surtout la 3rd Street Promenade, très charmante.

Je décide ensuite de marcher jusqu’à Venice Beach (à 10 minutes à pieds de Santa Monica selon le chauffeur Uber). BIG. JOKE. J’ai mis plus de 40 minutes, résultat : il fait déjà nuit quand j’arrive au niveau du fameux skate-park, super. Et Venice Beach la nuit ? C’est glauque. Privilégiez le jour pour vous y rendre, parce que c’est quand même à faire.


SANTA BARBARA 

À SAVOIR :

    • Vous pouvez vous déplacer en bus dans toute la Californie (et même tout le pays) pour pas cher avec la compagnie Greyhound. C’est celle que j’ai utilisé pour tous mes trajets, et je m’en sortais pour 40 à 60$. Ça peut paraître cher pour certains, mais je rappelle que les distances aux États-Unis sont bien plus importantes qu’en France (4h de route, c’est rien pour eux), et les trains sont souvent plus chers ! Les bus ne sont pas incroyablement confortables, et le Wi-fi ne fonctionne pas à chaque fois, mais pour le prix, c’est un bon plan.
  • Pour voir les baleines, j’ai choisi Condor Express. Il y a des excursions toute l’année, et le ticket revient à 99$ pour 4h30 d’excursion. S’il n’est pas garanti que vous voyiez des baleines, vous pouvez être sûr de voir des dauphins vous offrir un très joli ballet.

Jour 4 :

Il est temps de quitter Los Angeles pour Santa Barbara ! Après plus de 2 heures de trajet, j’arrive au petit matin dans un endroit utopique. Entre montagnes et océan, araucarias et palmiers, il y a de quoi être dépaysé. À la base, le seul but de mon passage dans cette ville était une excursion pour voir des baleines. Mais au final, j’y serais bien restée un peu plus longtemps, juste histoire de profiter du paysage (parce que la ville en elle-même ne regorge pas d’activités). Les gens que j’ai croisé ici étaient tous adorables, prêts à aider avec le sourire.

Processed with VSCO with g3 preset

Après une petite balade en ville, il est temps de prendre le bateau. Il ne faut pas beaucoup s’éloigner des côtes pour observer de près les dauphins. Pour ce qui est des baleines, c’est une autre histoire… Au bout de 3h30, une bonne sieste, un coup de soleil sévère sur le nez, et un désespoir assez avancé, le capitaine nous annonce que deux baleines sont dans les parages. Je ne sais pas pourquoi, j’avais imaginé les voir faire des cabrioles. Mais, bien sûr, nous ne sommes pas dans un parc aquatique mais dans leur milieu naturel, et c’était déjà bien de voir tantôt un dos, tantôt une queue. Vous aurez beaucoup de chance si vous en voyez une sauter, mais ça sera déjà très satisfaisant d’en voir une tout court.

Capture d_écran 2018-07-24 à 21.10.04

En milieu d’après-midi, il est déjà l’heure de prendre le bus pour 9h de route, avant d’atteindre San Francisco.

La suite, c’est ici !


Une réflexion sur “10 jours en Californie – Los Angeles et Santa Barbara

Laisser un commentaire