Couchsurfing : la meilleure solution d’hébergement ?

Le Couchsurfing, c’est quoi ?

La plupart d’entre vous connaissent déjà le concept, dans ce cas je ne vous apprends rien ici. Pour les autres, le Couchsurfing (abrégez CS), c’est un moyen de découvrir un pays ou une ville autrement. En fait, des locaux vous accueillent chez eux, que ce soit sur un canapé, un matelas au sol, ou (si vous avez de la chance) dans un vrai lit. Ils le font par simple générosité, et aucune compensation financière ne vous est demandée en retour. Et oui, ça redonne un peu foi en l’humanité n’est-ce pas ? Bon, en général, on donne quand même quelque chose en retour, c’est la moindre des choses quand quelqu’un vous laisse squatter chez lui. Que ce soit en lui offrant une spécialité de chez vous ou juste en lui cuisinant un bon petit plat, il y a mille et une façon de dire « merci ».

Et comment on procède pour faire du Couchsurfing ? Rien de plus simple, il suffit d’aller sur le site dédié (ou l’appli sur téléphone) : https://www.couchsurfing.com. Ensuite, il ne vous reste plus qu’à chercher la ville où vous voulez trouver un hôte, et à faire votre choix ! Enfin, c’est un peu plus compliqué que ça… J’y reviendrais plus tard.

En gros, le Couchsurfing est une façon d’être hébergé par un local pendant votre voyage, à titre gracieux. C’est donc la meilleure façon de découvrir la culture et les petits secrets de votre destination, tout en faisant de grosses économies ! Génial non ?

IMG_0592

Trouver un hôte, une vraie quête

Surtout si vous débutez sur le site. Vous n’avez encore aucune référence, du coup il est plus difficile aux hôtes de vous faire confiance (déjà qu’ils accueillent des inconnus, autant qu’ils sachent à quoi s’attendre). Mais ne désespérez pas, tous les hôtes ne considèrent pas les références comme un critère décisif. Par contre, il est primordial que vous ayez bien rempli votre profil. Alors oui, c’est long, c’est chiant parce qu’on ne sait pas forcément comment se décrire. Et puis parler de soi sur un site public, c’est pas toujours évident. Mais plus vous donnerez d’informations, plus les gens seront susceptibles de vous accueillir. Aussi important : la demande que vous envoyez. Rien de plus rédhibitoire qu’un message générique. Montrez à votre hôte que vous avez lu son profil, dites lui ce qui a retenu votre attention et pourquoi vous lui envoyez une demande. Plus vous résiderez chez des hôtes, plus vous aurez de références (des bonnes, je vous fait confiance). Plus vous aurez de références, plus il sera facile de trouver quelqu’un pour vous héberger, en théorie.

Donc, les hôtes sont pointilleux… mais vous l’êtes aussi. Et c’est normal. De la même manière que vous n’accueillerez pas n’importe qui dans votre foyer, vous n’aurez pas non plus envie d’aller dormir chez n’importe qui, d’autant plus si vous êtes seul(e). Par exemple, si je voyage avec une amie, je vais éviter les hommes qui ne veulent héberger QUE des femmes (on est d’accord, ça sent pas bon). Ou encore, si je visite une ville pour deux ou trois jours seulement, je vais essayer de cibler des hôtes qui vivent dans la ville, et pas à 30 minutes de bus. Et puis bien sûr, quelques références aident à choisir.

Sachez également que le Couchsurfing, même s’il est aujourd’hui développé dans beaucoup de pays, n’est pas accessible partout. Nous l’avons vu, mon copain et moi, en planifiant notre voyage en Islande, prévu à la fin du mois. Le Couchsurfing me semblait être la meilleure solution d’hébergement dans ce pays, où rencontrer les locaux est nécéssaire (ils doivent être passionnants dans un tel pays, non ?). En plus de ça, les logements sont chers, même hors saison. Mais en dehors de Reykjavik et de quelques villes majeures, impossible de trouver un hôte avec ne serait-ce qu’une photo ou une description, et, au mieux, leur dernière connexion remonte à un an. J’ai donc vite compris que le Couchsurfing était hors de portée en Islande.

En somme, il faut être déterminé et s’armer de patience pour trouver un hôte. Encore plus si c’est votre première fois ! Ce qui veut dire que plus tôt vous vous y prendrez, mieux ce sera. Ne baissez pas les bras au premier refus, mettez-y du coeur et vous finirez par trouver !

Mes expériences CS

Je n’ai eu que quatre expériences Couchsurfing pour l’instant, ce qui n’est pas assez pour avoir un avis fondé sur le sujet. Mais cela me permet tout de même d’avoir vu plusieurs cas différents et d’avoir donc quelques conseils utiles à vous donner.

 — Une toute première (Boston) :

Je n’aurais jamais pu franchir le pas toute seule, mais avec une amie, c’était l’idéal. Loren et moi avons été logé dans une coloc de 3 hommes dans la trentaine à Boston. Nous avons eu notre propre chambre, ce qui nous a permit d’avoir notre petit coin à nous dans cette maison pleine de testostérone. Nous avons partagé un repas et quelques bouteilles de vin avec nos hôtes, en parlant de tout jusqu’à tard. C’était édifiant et très enrichissant, des superbes rencontres et des moments de partage. Exactement ce que j’attendais du Couchsurfing.

IMG_0591

— Deuxième expérience (Chicago) :

C’est là que j’ai compris que le Couchsurfing, ça pouvait être aléatoire. Le seul qui nous a répondu était un homme dans la trentaine, avec 8 références toutes positives. En plus, ce n’était que des commentaires de femmes, donc rien à craindre. Aux premiers abords en tout cas… À notre arrivée -après 20 minutes de marche alors que l’hôte en indiquait 5 sur son profil- le logement était vide. Notre hôte nous avait prévenu qu’il y aurait un autre Couchsurfer avec nous. Nous n’avons pas trouvé ça spécialement dérangeant, dans la mesure où il était écrit qu’il pouvait accueillir jusqu’à 5 personnes. Mais nous avons vite déchanté en voyant le dit logement. Une sorte de studio d’à peine 25m, pas lumineux pour un penny. Un lit superposé 3 places, deux  grandes télés, oui DEUX télés, sur le MÊME mur (WTF ?). Pas de table à manger, ni même de table basse, JUSTE un bar rempli de bouteilles. Et la salle de bain ? Oh, des bouteilles de champagne exposées sur la cuvette des toilettes. Autant vous dire qu’après avoir vu tout ça, on avait qu’une envie, c’était de se barrer en courant. Nous sommes sorties pour nous changer les idées.

En rentrant le soir, nous avons fait la connaissance d’Elly, notre co-couchsurfeuse vietnamienne pour deux nuits. D’après elle, l’hôte avait proposé de nous laissé le lit du bas, il prendrait celui du haut et Elly prendrait le canapé. Elle était très soulagée de nous voir, puisqu’étant seule, elle n’était pas rassurée à l’idée de dormir dans la même chambre qu’un inconnu. Elle avait même voulu trouver un autre logement. Donc la question ne se pose plus, nous resterons pour ne pas laisser Elly seule le temps de son séjour. Et puis qui sait, peut-être que ça se passera bien avec notre hôte et que nous resterons le temps prévu ! Quand Monsieur rentre du travail, nous sommes déjà couchées. J’ai juste entendu un « Oh, vous avez prit mon lit » dans mon demi-sommeil. De quoi mettre à l’aise, non ? Le lendemain au réveil, nous faisons enfin connaissance avec notre hôte. Très arrogant, il nous explique à quel point il est bon dans son travail, à quel point il pousse à la salle, et à quel point il aime les femmes (étrangères, accessoirement). Là, on commence à comprendre qu’on ne pourra pas rester toute la semaine.

32073122_1669034669878640_3456681394552438784_n.jpg

Un fort sentiment de malaise -amplifié par des interrogations- nous empare. Pourquoi avoir un lit 3 places s’il vit seul ? Et pourquoi un miroir juste derrière sa tête de lit ? Pourquoi il n’a que des commentaires de femmes ? Et ces fucking bouteilles de champagnes sur les toilettes c’est pour quoi ??? Nous partons avec Elly, et on ne peut s’empêcher de se demander toutes les trois si ce mec n’est pas bizarre. Loren et moi décidons de chercher un autre logement pour pouvoir partir en même temps qu’Elly. Notre message S.O.S a fait écho auprès de plusieurs hôtes CS. Mais le premier à nous avoir répondu était Addy, un ingénieur venu d’Inde et fraichement installé. Il nous propose carrément de nous laisser sa chambre, alors on hésite pas une seconde et on accepte. Monsieur Gonflette n’a pas vraiment apprécié notre départ précipité, il a même refusé notre invitation au restaurant. Tant mieux, ça nous arrange !

Si vous vous posez la question, nous n’avons pas été très claires sur les raisons de notre départ. Nous avons juste dit qu’il habitait trop loin du métro (ce qui est vrai) et qu’on ne se sentait pas trop en sécurité dans le quartier (ce qui est vrai aussi).

— Troisième expérience (Chicago) :

Toute heureuses de quitter cet endroit, nous frappons à la porte de notre sauveur, Addy. De part sa culture et son emménagement récent, Addy dort sur le sol, se servant d’une mince couverture comme matelas. Vu ce qu’on venait de vivre, on s’en fichait un peu sur le coup. Mais après une nuit à faire copain-copain avec le plancher, on s’en fichait moins. Mon dos et moi-même étions d’accord pour dire que vu nos journées chargées, c’était malsain de dormir comme ça. Signe du destin, un autre hôte avait répondu à notre message de détresse. Il avait deux canapés à nous offrir, et il n’avait pas de bouteilles de champagne dans ses toilettes. Au point où on en était, c’est tout ce qu’on demandait. Désolé Addy, tu as été d’une  grande bonté, mais ça n’a pas été le cas de ton sol !

IMG_0921

— Quatrième expérience (Chicago) :

À la limite du pessimisme -jamais deux sans trois disait Loren- nous arrivons devant la jolie maison de Zach. Et bien, l’adage ne s’est pas vérifié cette fois ! Ca a été la meilleure expérience de toutes. Oui je sais ce que vous pensez ; « pas compliqué de faire mieux vu sur quoi vous êtes tombées ». Certes, mais je pense qu’on ne pourrait pas avoir de meilleure expérience. Zach est génial, sa maison est géniale, les endroits qu’il nous a montré sont géniaux, les moments qu’on a partagé étaient… Vous avez compris l’idée. À croire qu’il fallait qu’on passe par toutes ces galères pour arriver chez lui et vivre nos meilleurs souvenirs. C’est drôle la vie parfois !

Couchsurfing Zack

Ce que j’ai retenu de ces aventures

Ce qu’il faut retenir de tout ce que je viens de vous raconter, c’est que le Couchsurfing ça peut être fantastique comme inquiétant. Je pense qu’il y a certaines précautions à prendre, surtout quand on est une fille seule. Privilégier les femmes, les couples ou les colocs peut être un bon moyen d’éviter les mésaventures.

J’aimerais surtout que vous reteniez qu’en général, le Couchsurfing apporte énormément sur le plan humain. On rencontre des personnes très intéressantes qui ont beaucoup à partager. Ce serait dommage de passer à côté. J’ai voulu prendre mes expériences un peu chaotiques pour vous montrer qu’il faut, comme partout, être vigilants. Mais je ne me suis jamais sentie en danger, personne n’a voulu s’en prendre à nous. C’était juste des situations gênantes, rien de bien méchant. C’est important de clarifier ce point. J’étais quand même bien contente de ne pas être seule… et aujourd’hui, ça nous fait de bonnes anecdotes à raconter !


Une réflexion sur “Couchsurfing : la meilleure solution d’hébergement ?

  1. Très utiles tes petites anecdotes, merci ! Maintenant je penserai au couch surfing si jamais je suis un peu limitée niveau budget mais je ne me reposerai pas que sur ce moyen d’hébergement.
    En voyage mieux vaut avoir un plan B, C, D… c’est ça l’aventure, la vraie !

Laisser un commentaire