Road-trip d’une semaine en Islande — le Sud

L’Islande, terre de feu et de glace. Sauvage, unique, lunaire, magique, imprévisible… Les adjectifs ne manquent pas pour qualifier cette île au milieu de l’Atlantique nord. Personnellement, je la qualifierais d’inspirante. À tel point qu’un seul article ne suffira pas à vous raconter tout ce que j’ai à dire ! Dans cet article, je détaille l’itinéraire et les coins visités.

Pour vous restituer un peu, je suis partie avec mon copain Étienne le 26 octobre 2018. J’expliquerai plus en détails dans un autre article comment nous avons préparé notre voyage !

Vue Kirkjufell


JOUR 1 : REYKJAVIK 

Après deux avions et un peu de retard, nous arrivons à Keflavik. Il est quasiment 17h, nous savons d’ores et déjà que nous ne verrons pas grand chose aujourd’hui, puisque le soleil ne va pas tarder à se coucher. Nous attendons notre chauffeur pour nous conduire à l’agence CamperVan. Parce que oui, nous avons choisi de faire le tour de l’île en van ! Une fois tout réglé, on parcourt les 50km qui nous séparent de la capitale.

Roadtrip Islande

Il fait déjà nuit quand nous partons à la découverte de la ville, et même si c’est très charmant de nuit (mention spéciale pour l’église d’Hallgrimskirkja), on a hâte de voir ça de jour ! Après un petit KFC (seule chaîne de fast-food sur l’île, avec Subway), on se rend au camping pour passer notre première nuit en Islande.

DSC_0009

Si vous comptez faire du camping en Islande, je préfère vous prévenir pour celui de Reykjavik : il est sale et cher. Nous avons payé 17,5€ par personne pour des douches et des toilettes dégueulasses. Je ne sais pas si c’était parce qu’on était hors saison, mais franchement, j’ai regretté mes tongues. Donc, si vous le pouvez, choisissez un camping hors de la ville. Par exemple, celui de Mosskogar est moins cher et bien noté. En plus, il est sur la route du Cercle d’Or !

JOUR 2 : REYKJAVIK ET LE CERCLE D’OR

Nous passons la matinée à Reykjavik, entre monuments, musées et balades. Je vous détaille dans un autre article les trucs à faire à Reykjavik en une journée. Mon impression générale sur cette capitale, c’est qu’elle ne ressemble à aucune autre. Le centre-ville est tout petit, il y a peu de passants, et c’est super propre. Les Islandais m’ont l’air d’être des maniaques du tri, et c’est tant mieux ! Alors ok, ça ne fait pas capitale, mais du coup c’est très agréable, car on peut tout faire à pieds ! J’ai adoré découvrir les peintures murales et les petits cafés. Comme l’a si bien dit Étienne, on dirait que les Islandais ont prit tout ce qui plaît à la génération des 20-30 ans pour le mettre dans une seule ville !

 

Vers 14h, nous prenons la route pour le cercle d’Or. À nous la nature sauvage et les paysages époustouflants ! En moins d’une heure, nous voilà au parc national de Þingvellir. Ce parc mérite vraiment d’y rester une bonne journée, mais notre emploi du temps est serré et le soleil se couche vers 17h30 à cette période de l’année. Nous nous baladons une heure dans un paysage de roches et de mousse qui me ferait presque croire à l’existence des Trolls.

 

Deuxième arrêt : Geysir ! Je prends tout de suite conscience d’un fait qui ne fera que se confirmer les jours suivants : ce que j’ai lu sur les blogs et forums était faux. Non, l’Islande ne se « vide » pas de ses touristes après l’été. Et si octobre est une « période creuse » et bien je ne veux pas savoir à quoi ressemble la haute saison. Ça m’a franchement gâché certains sites, cette foule, ces cars touristiques, ces gens qui font la queue devant une cascade pour prendre une photo. Mais ça s’applique surtout dans la partie sud. Une fois passé Höfn, on croise beaucoup moins de touristes ! Bref, revenons à nos geysers. Le gros ; Geysir, ne jaillit que quelques fois par jour. C’est donc sur son voisin Strokkur qu’est porté toute l’attention. Difficile de se trouver une place parmi les téléphones et les trépieds. Mais nous avons eu beaucoup de chance, parce qu’en 5 minutes le geyser a jaillit 3 fois ! C’est assez impressionnant, et vu la hauteur de celui-ci, j’aurais aimé voir son grand frère en action ! Nous faisons un petit tour du terrain. C’est dingue, les couleurs et les fumerolles me donnent le sentiment d’être sur Mars. Mais je suis vite lassée des gens scotchés sur leur écran, a attendre que la nature leur donne satisfaction. Et puis, le ciel commence déjà à s’assombrir… Pas de temps à perdre, direction Gullfoss !

Très atypiques, ces hautes chutes se jettent dans une crevasse étroite. On n’en voit pas la fin, c’est impressionnant ! Je dirais même que c’est les plus impressionnantes que j’ai vu de tout le séjour.

GullfossGullfoss

La nuit tombe, nous rejoignons le van et en 1h30, nous arrivons au camping de Hamragarðar, à deux pas de Seljalandsfoss. Elle est illuminée la nuit, ça donne un effet irréel !

JOUR 3 : SELJALANDSFOSS, LAVA CENTER, SKOGAFOSS, SOLHEIMASANDUR

Après une nuit agitée due à une tempête force 1000 et une douche de 3 minutes à 600Kr -pas top ce camping- on traverse le brouillard pour se rendre à Seljalandsfoss. Et c’est là qu’une colonie de chinois fait la queue devant le panneau pour se prendre en photo. Mais une vraie queue en file indienne hein ! Vous imaginez déjà dans quel mood ça m’a mis. Vous le savez peut-être, mais l’intérêt de cette cascade c’est de pouvoir passer derrière pour un point de vue unique. Manque de chance, le chemin d’accès est fermé ce jour là… Pas besoin de vous dire que ça ne sera pas mon meilleur souvenir, mais ça reste charmant !

Seljalandsfoss

Le temps se gâte et ne nous donne qu’une envie : se réfugier à l’intérieur. Ça tombe bien, il y a le Lava Center à Hvolsvöllur. Ce n’était pas au programme, mais puisque nous sommes au pays des volcans, autant en profiter. C’est un musée bien construit et interactif, et le film sur les éruptions volcaniques est fascinant ! Mais (oui, parce qu’il y a un « mais »), trop cher, beaucoup trop cher. 3200Kr (soit plus de 23 euros) pour à peine une heure de visite, en comptant le film de 20 minutes. Pour vous dire, la boutique du musée est presque aussi grande que le musée en lui-même ! Deuxième musée et même constat que le premier : les musées en Islande sont bien trop chers pour ce qu’ils sont. La décision est unanime : plus de musées !

Lava Center

Le temps ne s’est pas amélioré pendant notre -courte- visite. Peu importe, Skógafoss nous attend ! Cette cascade est l’une des plus connue d’Islande, et peut-être l’une des plus impressionnantes. On se sent tout petit face à cette force de la nature. Il est d’ailleurs difficile de s’approcher sans être complètement trempé ! Des escaliers vous permettent de voir la chute d’en haut. Attention, c’est loin d’être une balade de santé. Le souffle coupé, vous l’aurez, soyez-en certains… Mais pas forcément par la vue. Morale de l’histoire : si le brouillard est de la partie, ne perdez pas votre temps -ni vos poumons- en grimpant en haut de la cascade.

 

Bon, ce n’est certes pas un temps à voir des cascades, mais c’est un temps à voir des carcasses d’avions ! Vous connaissez sans doute l’épave du DC-3 au milieu d’un désert de sable noir. L’un des spots que j’attendais le plus ! Après 10 minutes de route, on arrive sur le parking. Là, un gros panneau vous attend, avec pour but principal de vous décourager. Et quand on sait à quel point la météo est imprévisible en Islande, on peut comprendre ! Surtout que là, c’est une marche de plus de 45 minutes dans un désert de sable noir, avec rien autour. Malgré le mauvais temps et le panneau qui indique 3 à 4h de marche (c’est pas vrai hein) on se lance à l’aventure ! Le paysage est apocalyptique,  très monotone. Une fois qu’on aperçoit l’avion, c’est… « mirageux » comme l’a dit Étienne. Il y a une atmosphère lunaire dans ce lieu, il faut vraiment le vivre pour comprendre. Si vous prévoyez un voyage en Islande, ne passez pas à côté de cette expérience unique !

Route DC-3Carcasse d'avion Islande

La nuit tombe pendant le chemin du retour. Direction Vik, nouveau camping pour une nouvelle nuit !

JOUR 4 : VIK, REYNISFJARA, FJAÐRÁRGLJÚFUR, SVÍNAFELLSJÖKULL, SVARTIFOSS

Premier matin où nous pouvons voir le soleil ! Ni une ni deux, on se rend à l’église de Vik, qui offre un joli point de vue. L’Islande ensoleillée, c’est autre chose.

 

A quelques minutes de là, se trouve la superbe plage de Reynisfjara. C’est l’un des endroits à ne pas manquer selon moi ! Écume blanche sur sable noir, orgues baltiques… Encore un paysage venu d’un autre monde.

 

 

Après une petite balade, nous reprenons la route vers l’est pour le canyon de Fjaðrárgljúfur (avouez, vous n’avez pas lu le nom en entier). Mais ce canyon n’a d’indigeste que le nom. L’endroit est à couper le souffle, et nous avons eu la chance de le voir sous une averse de gros flocons ! C’était le moment le plus magique du séjour pour moi, j’en ai encore des étoiles plein les yeux.

Une petite heure plus tard, nous voilà à nouveau sur la route. Nous étions sensés faire la chute de Svartifoss puis le glacier de Svínafellsjökull, mais une petite erreur de parcours nous a fait atterrir au glacier en premier ! La route pour y accéder est la plus difficile que nous avons eu à faire. Sans 4×4, c’est du 15km/h sur plus d’un kilomètre ! Mais si vous êtes prudents, il ne devrait pas y avoir de soucis. Ça n’empêche qu’on se demande entre deux nids de poule s’il en vaut vraiment la peine, ce glacier… Et bien, la réponse est OUI, OUI, OUI ! C’est tout simplement impressionnant, et si vous êtes bien équipé, vous pouvez vous aventurer le long de la glace et avoir des points de vue exceptionnels ! Nous, on s’est contentés de grimper sur quelques mètres, c’était déjà incroyable.

Glacier Svínafellsjökull

C’est pas tout ça, mais on sent que l’obscurité ne va pas tarder à nous tomber dessus. On fait donc chemin inverse, jusqu’à la cascade de Svartifoss. Heureusement, il n’y a que 10 minutes de route ! Enfin, en voiture. Après, il faut marcher une bonne trentaine de minutes pour voir la fameuse. Et ça grimpe ! Mais c’est un mal pour un bien, beaucoup de touristes délaissent cette chute parce qu’elle est moins facile d’accès. Quelle erreur ! Elle est magnifique, c’est fou ce que la nature peut faire. Pour moi, c’est la plus belle de toutes les cascades qu’on aient vu. Le fait d’être en pleine nature ajoute beaucoup de charme, je l’avoue.

Svartifoss

On passe la nuit au camping d’à côté, où les douches sont gratuites et illimitées, alléluia !

Pour la suite du voyage, c’est par ici !


Une réflexion sur “Road-trip d’une semaine en Islande — le Sud

Laisser un commentaire